LA FRANCE DE MACRON

1 % de la population, mais 15 % des aides mondiales ... par Jacques GUILLEMAIN

Depuis plusieurs années, la France va mal, et de plus en plus mal. Mais l'espoir était encore à la portée des citoyens. Chacun de nous croyait à une Nation capable de se relever et surmonter ses nombreux problèmes. Avec l'arrivée de Macron, et depuis deux ans maintenant, les Français ne croient plus à rien et surtout n'accordent aucune confiance au chef de l'État.  Emmanuel Macron a signé la fin de la France, de la démocratie et de la République.

________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

L'article de Jacques GUILLEMAIN

Un an après, les Gilets jaunes ne désarment pas. Cette colère d’en bas illustre le naufrage du mondialisme qui désintègre le pays au seul profit des fortunés.

Macron est aux abois, son quinquennat vire au fiasco. De ce président arrogant de 2017, qui se permettait de traiter le chef d’état major des armées comme un malpropre, qui se prenait pour l’égal des plus grands et allait changer la face du monde, il ne reste qu’un pâle chef d’Etat, paniqué et impuissant, qui renonce à toutes ses réformes et ouvre régulièrement son carnet de chèques dans l’urgence, pour calmer les corporations en rébellion.

Des chèques sans provisions évidemment, donc on emprunte, ce qui nous ruine encore davantage. Tout l’édifice de la macronie est en train de se lézarder.

Le déficit public est de 3,1% cette année alors que la zone euro a un excédent de 0,5%. Loin d’être le Mozart de l’économie, Macron détient le bonnet d’âne de l’UE.

Le grand réformateur de 2017, nous dit aujourd’hui que l’emblématique réforme des retraites ne concernera que les futurs salariés, et sera donc applicable dans 45 ans ! Nos voisins allemands, qui veulent repousser l’âge de la retraire à 69 ans, doivent se rouler par terre ! Merkel a parfaitement compris que Macron ne valait guère mieux que Hollande, tout aussi mollasson l’un que l’autre.

Incapable de réformer, il se montre tout aussi incapable de rétablir l’ordre dans le pays, laissant les racailles de l’ultra-gauche casser et saccager le coeur de Paris. Quand ce n’est pas l’Arc de Triomphe qui est visé, c’est la stèle du maréchal Juin qui est saccagée. On a encore vu deux policiers éviter le lynchage de justesse, preuve flagrante d’un Etat  impuissant qui n’impressionne plus les casseurs et les tueurs de flics.

La fermeté du pouvoir envers les Gilets jaunes n’a d’égale que sa faiblesse envers les black-blocs.

Car ce ne sont pas les Gilets jaunes qui transportent des boules de pétanque, des haches, des couteaux, des marteaux, des masques et des équipements de protection. Ce ne sont pas les GJ qui cassent, pillent et incendient les voitures.

Les vrais Gilets jaunes, ce sont ceux qui arborent le drapeau français et chantent la Marseillaise, des patriotes qui ne supportent plus une immigration qui les appauvrit, mais que le pouvoir et les médias préfèrent ignorer. Pas question d’évoquer cette immigration de masse, cause essentielle de tous nos maux.

Oui, avec 28 000 participants, les Gilets jaunes sont dix fois moins nombreux aujourd’hui qu’il y a un an. Mais le pouvoir aura beau diaboliser le mouvement et le discréditer en exploitant  honteusement  la violence des black-blocs, la colère du peuple est toujours là et elle va durer.

Macron, qui a tant  besoin d’être aimé et  admiré, focalise sur sa personne toutes les rancoeurs de la nation. Son quinquennat par en vrille.

Le peuple, celui qui trime et voit son frigo vide le 15 du mois, le jugeait arrogant, prétentieux, méprisant et insultant. Aujourd’hui, il le juge incompétent et incapable de réformer et de redresser le pays. 62% des Français jugent que son élection fut une mauvaise chose  et seulement 30% sont satisfaits de son action, c’est à dire les classes les plus aisées.

Ce désastre n’a rien d’étonnant, dans la mesure où le diagnostic que fait Macron sur la France est  faussé. Il a cru que tous les problèmes de société pouvaient se résoudre par la croissance.

Mais il ignore délibérément le coût de l’immigration et l’échec de l’intégration. Comment redresser un pays quand on accueille des millions de pauvres, incultes et sans qualification pour la plupart, et qui vont rejoindre le flot des assistés ? Avec 750 milliards de social, la France détient le record du monde de l’assistanat.

La France, c’est 1% de la population mondiale, 3% du PIB mondial, mais 15%  des dépenses sociales mondiales ! Largesses que le peuple français partage avec toute la planète.

Le gouvernement se gargarise parce qu’il a engrangé 1 milliard en privatisant la Française des Jeux, mais c’est ce que coûte chaque année l’AME qui soigne les sans papiers. Nous sommes le seul pays au monde à choyer autant les hors-la-loi qui devraient être expulsés sans états d’âme.

On diminue l’aide au logement des étudiants de 5 euros par mois, mais on dépense 2 milliards par an pour accueillir 40 000 mineurs isolés, des fraudeurs majeurs pour beaucoup d’entre eux. C’est du délire. A l’Elysée et Matignon, ils sont tous devenus fous.

Après avoir vu « Les Misérables », version banlieues, Macron s’est dit « bouleversé » et a aussitôt demandé à son gouvernement de s’occuper des quartiers. Mais je ne me souviens pas l’avoir entendu se dire « bouleversé » par le sort de nos paysans qui vivent avec 350 euros par mois, vendent à perte, et se suicident comme aucune autre corporation. Mais peut-être n’a t-il pas vu le merveilleux film « Au nom de la terre »…?

Pourtant, avec les 2 milliards annuels consacrés à l’accueil des mineurs isolés, on pourrait sauver les 25 000 exploitations au bord de la faillite et éviter bien des suicides !

Un migrant totalement à charge, gagne deux à trois fois plus qu’un paysan qui nourrit 50 personnes. C’est ça le macronisme !

Il ne faut pas chercher plus loin les causes de la révolte des Gilets jaunes. Si le mondialisme enrichit les multinationales et les classes aisées ( la bourse a gagné 25% depuis le 1er janvier ), il appauvrit les classes populaires comme jamais. Nous avons des millions d’immigrés assistés ou insuffisamment productifs, qui entraînent le pays par le fond.

A ce fardeau économique écrasant, qui engloutit toute l’énergie du pays, s’ajoute la dramatique fracture identitaire toujours plus béante. Les foules musulmanes clament « Allahu akbar » en plein coeur de Paris, mais cela  indiffère l’Elysée.

Or, au rythme des entrées actuelles, en 2050 les Français seront minoritaires dans leur propre pays qui sera islamisé.

Le racisme anti-Blancs se propage, les jeunes immigrés sont de plus en plus élevés dans la haine de la France et les mini-califats explosent dans nos banlieues passées sous le contrôle des barbus. 30% des musulmans, et même 50% chez les jeunes, sont favorables à la charia. Le pays des droits de l’homme et du siècle des Lumières, retourne à grande vitesse vers les ténèbres. Il n’y aura jamais de société multiculturelle paradisiaque.

Macron mène la France en enfer. Ce sont des lendemains tragiques qui se préparent, avec deux menaces imminentes pour le pays.

Soit un soulèvement généralisé des banlieues, un remake des émeutes de 2005 à la puissance 10, soit une révolte populaire de la France profonde, celle des Gilets jaunes que Macron a si souvent insultée sans comprendre qu’elle était  l’âme et la force d’un pays, bien avant ses élites mondialisées.

En une seule génération, nos élus ont saccagé le pays et dilapidé le fabuleux héritage des Trente Glorieuses. La France de 1975, riche et prospère, qui ne connaissait ni insécurité, ni chômage, ni problème d’assimilation, ni islamisation, cette France heureuse, qui avait l’un des meilleurs niveau de vie et les meilleurs services publics au monde, a été anéantie par l’idéologie mondialiste.

La destruction de notre outil industriel et le massacre de notre agriculture sont les conséquences de ce mondialisme débridé, alors que notre savoir-faire industriel et agricole avait fait notre fortune durant les trente Glorieuses.

Le mondialisme et le multiculturalisme encouragés par Macron, ne feront que précipiter les évènements et nous mener à la déflagration. Attendons-nous au pire.

Jacques Guillemain

LA FRANCE EN FAILLITE

Ajouter un commentaire